Découvert par Maurice Rosart, le rayon vert de la cathédrale de Strasbourg est un phénomène visible chaque année aux équinoxes.

rayon vert de la cathédrale de Strasbourg

Le rayon est généré par le soleil à travers le pied du vitrail représentant Juda, le jour de l’équinoxe.
Il traverse la nef pour aller désigner le Christ sur la Chaire

Deux fois par an, en mars et en septembre, un rayon vert apparait sur le dais de pierre qui surplombe le Christ de la Chaire à 12 h 24 le jour de l’équinoxe de l’automne (également à 11 h 38 le jour de l’équinoxe du printemps).

le rayon vert

Le rayon vert est le signe des changements de saison et rappelle la fonction d’horloge de la cathédrale. Rien de plus… Mais c’est déjà beaucoup!

Ce rayon est un phénomène astronomique découvert en 1972 par un géomètre : Maurice Rosart. Il se manifeste à l’équinoxe si le ciel est dégagé et que les vitraux ne sont pas en travaux…

Cette année, il sera observable le 20 mars 2018 à 11h38 et marquera le printemps. On pourra aussi l’observer pendant les six jours suivants.

Il réapparaîtra ensuite à partir du 22 septembre 2018 à 12h24 pour annoncer l’automne.

L’équinoxe est le nom donné pour le jour du printemps et pour le jour de l’automne.

Ce sont deux dates marquées par l’égalité de durée du jour et de la nuit.

Le phénomène visible est le suivant : le soleil passe dans le pied du vitrail représentant Juda et vient frapper la tête du Christ sur la chaire avec une lueur verte due à la couleur du verre et à son épaisseur différente des autres pièces du vitrail. Le rayon passe chaque jour un peu plus bas en raison de l’évolution du soleil dans le ciel au fur et à mesure des jours.

le rayon vert

Le rayon passe par le pied de Juda (sans « S ») et traverse la nef avant de désigner le Christ sur la chaire.

Poétique et beau à observer, le phénomène n’est ni mystérieux, ni ésotérique, et ne possède aucune signification théologique bien que le rayon trouve son origine dans le pied de Juda.

Attention : il ne s’agit pas du Judas « traître » de l’évangile, mais de Juda (sans « s »), un des 12 fils de Jacob.

Le rayon vert de la cathédrale de Strasbourg n’est visible que depuis la création de ces vitraux, à la fin du 19è siècle et depuis leur restauration récente.

Sans sens particulier, il a le mérite de nous inviter à observer cette superbe cathédrale plus intensément.

De nous faire lever les yeux vers les vitraux, de les admirer et de contempler la fameuse chaire de Geiler (voir article sur le petit chien de la chaire).

Il nous rappelle aussi la fonction d’horloge de la cathédrale en marquant l’équinoxe.

Vous pouvez voir les photos du rayon vert ci-dessous, mais je vous invite aussi à consulter le reste des articles et des photos dédiées à la cathédrale de Strasbourg.

rayon vert de la cathédrale de Strasbourg