RSS strasbourg photo gplus strasbourg photo viadeo strasbourg photo

Reportage photo pour Rapide Défense




Nouveau reportage qui dépote pour Rapide Défense. Direction la Lorraine et Nancy pour aller shooter une session self défense dirigée par Vincent Roca, fondateur de la discipline.

ACCES AUX ALBUMS PRIVES
Saisissez ci-dessous vos identifiants pour accéder a vos albums
 

 

Reportage photo pour Rapide Défense

Vincent Roca, entouré des nombreux sportifs des environs de Nancy venus bénéficier des enseignements de techniques de self défense développées pour le « Rapide Défense ».

Je vous ai déjà pas mal parlé du Rapide Défense, discipline de self défense fondée par Vincent Roca enseignée dans les milieux policiers notamment, mais pas que. Tout le monde peut en effet s’adonner à cette pratique qui permet d’apprendre à se comporter et à agir en cas d’agression.
Si vous voulez en savoir + ou que vous avez raté un chapitre, vous pouvez vous octroyer une séance de rattrapage en cliquant ici.
Pour faire court, j’ai déjà pu produire un nombre conséquent d’images sur ce sujet, qui plaisent et démontrent ma capacité à réaliser des images de grande qualité pour un sujet sportif dans des conditions d’éclairage peu évidentes.
Contacté par Vincent Roca pour produire un reportage photo à Nancy, me voilà donc sur la route pour rejoindre la session de Rapide Défense qui se déroule dans un gymnase de Heillecourt début janvier.

Reportage photo pour Rapide Défense

Les démonstrations permettent aux élèves d’intégrer les gestes à produire en cas d’agression.

Le brief est simple et me convient parfaitement : produire des photos de self-défense qui défoncent. Faire des photos de claques qui claquent. Autrement dit : péter des images de sportif qui dépotent. J’en ai fini des allitérations et autres assonances à 2 balles (j’en ai pas trouvé d’autres).
Laissez-moi vous faire un topo précis de ce petit reportage.

Reportage photo pour Rapide DéfenseDes conditions de prises de vues à gérer

J’avais eu pour habitude de réaliser ces reportages photo pour Rapide Défense dans des conditions d’éclairage à peu près satisfaisantes mais spécifiques. Le gymnase dans lequel j’ai travaillé à proximité de Strasbourg permet de diffuser la lumière extérieure correctement. Parce que j’ai eu l’occasion de travailler lors de stages thématiques se déroulant de jour.
Cette fois-ci, c’est radicalement différent : nous sommes le soir, en janvier, et il fait nuit. L’éclairage du gymnase, composé de néons à 5m du sol est satisfaisant, sans plus… Et je shoote du sport.
La problématique est la même que d’habitude pour le photographe : il me faut produire des images nettes de sportifs en action. Pour figer un mouvement, il faut une vitesse d’obturation suffisante (au dela du 1/500è). Et pour obturer à cette vitesse avec peu de lumière, il faut monter dans les ISO. Je commence donc à bosser avec une valeur à 6400 ISO, mais je me rends vite compte que c’est trop peu pour obturer assez rapidement. Je bosserai donc à 8000 ISO, mon boitier gère ces valeurs très correctement (lire l’article).
Je passe sur le sujet du diaphragme, la faible profondeur de champ est une de mes signatures photographique et caractérise mon travail en m’aidant à diriger le regard sur les sujets que je veux valoriser. Mon diaphragme sera donc beaucoup ouvert toute la soirée, sauf pour la photo de groupe, forcément. La séance se déroule comme d’habitude, et je ne suis qu’un observateur qui photographie. Je n’arrête pas l’action en gueulant : « Eh, steuplait, tu refais, j’étais pas prêt ». Mais je suis au plus prêt des sportifs, et j’évolue dans le gymnase en esquivant les coups et les obstacles.
Je tourne donc autour de mes sujets, je varie les angles de prises de vues, les cadrages, j’essaye d’être dynamique, je gère ma netteté et ma composition sans grande difficulté : je suis habitué de ce type de photo d’action.

Reportage photo pour Rapide Défense

En terme de focale, je testerai différents trucs au cours de la soirée, pour varier les images produites, mais l’espace est relativement réduit avec peu de dégagement et je suis très vite au cœur de l’action. Le nombre de participants au cours est lui aussi assez conséquent : près de 80 personnes.
L’objectif que j’emploierai le + sera donc le 24-70 f2.8, polyvalent, dont les qualités optiques ne sont plus à démontrer, et qui me permet d’évoluer au milieu des joutes.
Petit souci sans importance : le matériel que je n’utilise pas m’attend sagement à l’abri dans une pièce dont la température est bien plus froide que le gymnase. Avec la moiteur et la chaleur générée par les efforts, je me rends assez vite compte que changer d’objectifs est problématique : de la buée se forme sur les lentilles et me pourrit quelques images avant que les optiques ne soient à bonne température.
J’utiliserai donc moins le 70-200 f2.8 et le 16-35 f4 pour ces raisons : buée et faible dégagement.

Le travail du photographe en images


Dans cette vidéo avec Vincent Roca vous verrez un grand principe Rapide Défense :
– comment garder un photographe au plus près de l’action…
Trêve de plaisanterie, cette vidéo vous permet d’observer la manière dont je peux travailler sur ce type de sujet précisément.
Proximité avec le sujet, suivi du personnage principal et travail du focus de manière à réaliser une image dynamique respectant des règles de compositions strictes dont l’efficacité n’est plus à démontrer (règles de tiers, points forts, lignes de fuites…).
Ci-dessous, vous pouvez voir 2 photos réalisées à ce moment précis du cours.

Reportage photo pour Rapide Défense

Première photo réalisée lors de cette séquencé filmée.

Reportage photo pour Rapide Défense

Deuxième photo réalisée lors de cette démonstration filmée.

 

La séance s’achève après une bonne heure et demi d’effort de tout le monde. Le temps de manger un morceau et de faire la route, je suis de retour chez moi vers 2h30 du matin.
Deux jours de traitement seront nécessaires pour rendre près de 561 photos.
En voici un aperçu d’une petite soixantaine.




Laisser un commentaire